ENTRAÎNEMENT

 

 

II.
LE COMBAT
à l'Arme Médiévale

 

 

 


 

       

      Introduction

       Jadis, dans l'Art Martial, la fin des Séquences Codifiées ce fut l'entraînement des Elèves depuis le savoir du « Combat à Main Nue » jusqu'au niveau de la connaissance du « Combat avec les Armes » dans les Dix-Huit Sections d'Arts Martiaux (Thập-Bát Ban Võ-Nghệ).

       L'Etymologie du mot Hano-Vietnamien Võ 武 (i.e. Martial) nous fait voir que celui-ci se compose du caractère Chỉ 止 qui veut dire Arrêter et du caractère Qua 戈 qui veut dire Hallebarde antique.

 

Gravure sous la Dynastie des HÁN ( 漢 朝 ) - 206~220 JC.

 

 

       Ainsi donc, il est évident que l'Etudiant Martial nécessite de pouvoir apprendre la méthode d'arrêter la Hallebarde. Alors, quelle méthode est-elle meilleure que celle d'apprendre le « Combat à l'Arme Médiévale » ? - Car une personne sachant se battre à Main Nue ne peut en aucun cas se mesurer avec une personne sachant se battre à l'Arme Médiévale.

       C'est pourquoi, les Arts Martiaux Traditionnels et les Arts Martiaux des Champs de Bataille préconisent-ils tous d'entraîner les Elèves au maniement des Armes dans les Dix-Huit Sections d'Arts Martiaux.

Maître Trịnh-Quang-Thắng présentant la Séquence Codifiée
de l'Arme d'Hast « Bác Xà Mâu » 剝 蛇 矛 (Pertuisane à Lame Serpentine)
du Système d'Ecole Bình-Định
Sa-Long-Cương.

Instructeur Martial Alban Trịnh-Quang-Việt
présentant la Séquence Codifiée de la Grande Hache d'Armes « Đại Phủ-Việt » ( 大 斧 鉞 ).

 

      Point de Vue et Considérations

        D'ordinaire, nous voyons que seules des personnes ne connaissant pas réellement le maniement des armes aiment à faire des démonstrations de la maîtrise à main nue d'une personne armée. Quant au cas de la personne connaissant le maniement des Armes et qui va faire la démonstration de la maîtrise d'une personne tenant une Arme, c'est qu'elle veut seulement expliquer clairement le Principe d'Arts Martiaux à la salle d'armes, et non pas prouver tangiblement le principe d'Arts Martiaux au champ de bataille.

        Quant aux personnes qui font des démonstrations du ploiement de la Lance en avançant sur sa pointe apposée sur la gorge, ou bien des épreuves de casse comme briser les briques et les tuiles avec le tranchant de la main, ou bien encore, par exemple, s'asseoir pour que l'on casse briques et/ou tuiles sur la tête ou s'allonger sur le dos pour que l'on brise au moyen d'un maillet les briques posées sur le front, la poitrine ou le ventre, c'est qu'elles veulent démontrer leur niveau d'entraînement dans l'Œuvre de Durcissement (Ngạnh-Công ) et non pas du tout dans l'Œuvre d'Arts Martiaux (Võ Công). (Prière de lire l'Article du Journaliste Ngọc-Huyền « Pourquoi les Forces Spéciales de Pékin "tournent-ils le dos" aux techniques exceptionnelles des Arts Martiaux de Shaolin ? - Vì sao Đặc-Nhiệm Bắc-Kinh "quay lưng" với tuyệt-kỹ Võ Thiếu-Lâm ? » à la WEBpage Nouvelles dans le Pays - Tin Trong Nước du WEBsite http://vocotruyenvn.net ).

Scène de Démonstration l'Ecole d'Arts Martiaux
Wushu de la Chine.

(Photo Crédit : craiglotter.co.za)

Scène de Démonstration l'Ecole d'Arts Martiaux
Hóa-Quyền-Đạo du Việt-Nam..

(Photo Crédit :Hóa-Quyền-Đạo)

 

Scène de Démonstration de l'Ecole d'Arts Martiaux
Wushu de la Chine.

(Photo Crédit : craiglotter.co.za)

.

Scène de Démonstration de l'Ecole d'Arts Martiaux
Karate du Japon lors du 5e Festival International
des Arts Martiaux Traditionels du Việt-Nam
à Tây-Sơn Bình-Định du 1-08 au 4-08 2014.

(Photo Crédit : Minh-Chiến / SGPO)

 

Scène de Démonstration de l'Ecole d'Arts Martiaux
Võ Kinh Vạn-An Phái.

(Photo Crédit : huephongnha.com)

 

Scène de Démonstration de l'Ecole d'Arts Martiaux
Võ Phái Thiên-Môn Đạo.

(Photo Crédit : youtube)

 

Scène de Démonstration de la Brigade des Forces Spéciales
du Quartier Militaire de Pékin, en Chine.

(Photo Crédit : PLA Daily)

 

Scène de Démonstration de la Brigade des Forces Spéciales du Quartier Militaire de Pékin, en Chine.

(Photo Crédit : PLA Daily)

 

        Cependant, ces exhibitions s'appuient le plus souvent sur des habiles subterfuges qui ne peuvent nullement échapper au regard d'un être connaissant les Arts Martiaux en général et le maniement des armes médiévales en particulier. (Prière de lire l'Article du Maître SLC VN Nguyễn Phi Long « Dénonciation des Supercheries dans les Scènes "d'Admirables Techniques" de Kungfu - Lật tẩy những màn “tuyệt kỹ” Kungfu » à la WEBpage http://anlong07-laodongta.blogspot.fr/ )

        L'Œuvre d'Arts Martiaux (Võ Công) se cristallise à partir de l'Art Martial et de l'Œuvre du Souffle (Khí-Công), et que l'Art Martial est tout un Art de Combat avec une Science expérimentale des Anciens sur les champs de bataille. Par conséquent, les armes inhérentes aux Dix-Huit Sections d'Arts Martiaux et les méthodes de leur maniement ont pris naissance à partir des campagnes militaires médiévales. Et puisqu'elles ont pris naissance à partir des campagnes militaires médiévales, ces méthodes ont été testées par ces dernières d'une manière concrète pour contenir une valeur pédagogique absolue. C'est bel et bien la raison pour laquelle nous ne devons pas falsifier et modifier les Séquences Codifiées des Anciens, ou bien d'en inventer de nouvelles.


      Les Séquence Codifiées des Armes Médiévales

        Les Arts Martiaux Traditionnels du Đại-Việt ont été toujours comparés par nos Vieux Grands-Maîtres Devanciers au Gâteau Fourré « Bánh Chưng », dont la partie externe du « Gâteau - Bánh » représentait les « Séquences Codifiées du Combat à Main Nue » tandis que la partie interne du « Noyau Fourré - Nhưng » représentait les « Séquences Codifiées du Combat à l'Arme Médiévale ». En d'autres termes, l'entraînement au maniement des Armes Médiévales est la chose essentielle dans les Arts Martiaux Traditionnels du Đại-Việt, car il s'agit des « Arts Martiaux pour combattre sur les Champs de Bataille », et non pas des « Arts Martiaux pour combattre sur Ring ».

       Les « Arts Martiaux pour combattre sur les Champs de Bataille » renferme tout un Message de Culture et d'Histoire des Ancêtres Việt d'une manière évidente que les « Arts Martiaux pour combattre sur Ring » ne porte absolument rien en dehors du fait de suivre leur temps voué aux pays étrangers et de flatter la puissance instaurée à l'intérieur du pays.

       Par ailleurs, l'Etudiant Martial nécessite de s'entraîner avec des armes réelles, avec un poids logique afin de pouvoir assimiler les précieuses techniques d'enchaînement dans les Séquences Codifiées.

      L'expérience a montré que des élèves martiaux, s'entraînant avec des armes factices, faussement construites en aluminium avec un poids trop léger, ont tous abusé de ce fait pour les manier avec trop de précipitation en vue d'acquérir de la rapidité maximale. Ce qui fait que les techniques du maniement des armes dans les Séquences Codifiées sont erronées à cause de l'inachèvement des techniques d'enchaînement d'attaques et de défenses dû aux postures erronées, aux déplacements désordonnés et aux attitudes corporelles penchées et tordues.

      Après s'être entraîné pour bien connaître les Séquences Codifiées des Armes Médiévales, l'Etudiant Martial aura besoin d'apprendre la méthode du « Combat à l'Arme Médiévale » concernant chaque catégorie inhérente aux Dix-Huit Sections d'Arts Martiaux 

Assistants-Instructeurs Benoît Roux et Nicolas Roux
s'entraînant au Combat à l'Epée.

 

Assistants-Instructeurs Benoît Roux và Nicolas Roux
s'entraînant au Combat à l'Arme d'Hast "Phác-Đao".

 

Entraînement au Combat à l'Epée.

 

Entraînement au Combat au Bâton d'Armes.

 

Pratiquants-martiaux du Département d'Arts Martiaux Médievaux
s'entraînant au combat à l'Epée avec Bouclier, à pied d'armes.

Pratiquants-martiaux du Département d'Arts Martiaux Médiévaux
du Đại-Việt s'entraînant au Combat à l'Arme d'Hast "Siêu-Đao".

 

Comité des Maîtres d'Arts Martiaux
Bình-Định SA-LONG-CƯƠNG
FRANCE

 

 



 

 

 

 

 

 

Copyright © 2004 - 2017 by ACFDV - Tous droits réservés.