DISCUSSION

 

 

II.
LES ARMES MÉDIÉVALES

LES DIX-HUIT SECTIONS d'ARTS MARTIAUX

 

 

 

 

 

 

       L'expression « Dix-Huit Sections d'Arts Martiaux » existe depuis le Moyen-Âge ; elle inclue le maniement des Armes Médiévales.

       A l'époque des Song ( 960 - 1279 ), l'expression « Dix-Huit Sections du Métier des Armes » fut citée dans le livre « Docteur Lauréat Trương-Hiệp » (張 協 狀 元).

       Ce fut à l'époque des Ming (1368 - 1644) que l'on vit Tạ-Triệu-Chiết (藉 肇 浙) énumérer dans « Le Plateau des Grands Faits Divers - Ngũ Tạp Trở » ( 五 雜 俎 ) les 18 catégories d'armes qui furent  :

       01 - Arc ;
       02 - Arbalète ;
       03 - Lance ;
       04 - Vouge de Cavalerie (Grand Couteau de Brèche pourvu d'un crochet dorsal) ;
       05 - Epée ;
       06 - Pertuisane à Lame ondulée en forme de Queue de Serpent, pourvue d'un ergot recourbé latéral ;
       07 - Bouclier ;
       08 - Hache d'armes ;
       09 - Hache d'armes avec une Lame de Lance ;
       10 - Hallebarde avec Deux Lames Latérales en Croissant de Lune ;
       11 - Fouet de Guerre ;
       12 - Brise-Lame ;
       13 - Grande Masse d'armes sous forme de main tenant un pinceau d'acier ;
       14 - Pique ;
       15 - Lance pour Crocheter ;
       16 - Bâton d'armes ;
       17 - Corde de Soie Agissant sur une Main Métallique Articulée avec Griffes ;
       18 - Frappe-Blanche (Mains Nues).

       Aux Temps de la Dynastie des Qing (1644-1912), Chử-Nhân-Hoạch (渚 人 矱) aborda aussi les « Dix-Huit Sections du Métier des Armes » dans « Le Livre de l'Usage Commun - Kiên Hồ Tập » (肩 乎 集).

       Selon le Grand-Maître Trương-Thanh-Đăng, les « Dix-Huit Sections d'Arts Martiaux » du Đại-Việt comprennent :
       
       01 - Arc Lance-Flèche, Arc Lance-Pierre et Arbalète ;
       02 - Vouge de Cavalerie (Grand Couteau de Brèche pourvu d'un crochet dorsal) ;
       03 - Sabre et Cimeterre ;
       04 - Lance à Lame Droite, Lance à Lame Courbe et Lance à Lame Droite avec ergot recourbé (Corsèque) ;
       05 - Epée (Unique Epée et Double Epée Appariée) ;
       06 - Pertuisane à Lame Serpentiforme ;
       07 - Bouclier et Pavois ;
       08 - Double Hache d'armes Appariée ;
       09 - Grande Hache d'armes avec une lame de Lance ;
       10 - Hallebarde avec Deux Crochets sur le Dos de la Lame ;
       11 - Longue Perche d'armes et Courte Perche d'armes ;
       12 - Brise-Lame et Double Brise-Lame Appariée ;
       13 - Grande Masse d'Armes et Double Masse d'armes Appariée ;
       14 - Trident ;
       15 - Bâton d'armes Court, Bâton d'armes Moyen arrivant au niveau des sourcils et Bâton d'armes Long ;
       16 - Râteau d'armes ;
       17 - Corde ;

       18 - Mains Nues.


       
Comme ce qui est présenté ci-dessus, parmi les « Dix-Huit Sections d'Arts Martiaux», celle des «Mains Nues» est citée en dernier lieu. En réalité, dans les Arts Martiaux de Bình-Định, les «Séquences Codifiées de l'Art du Poing - Quyền-Thảo» appartiennent cependant à une Section d'Arts Martiaux avec laquelle on entraîne en tout premier lieu les élèves - et qui s'appelle « Œuvre-Externe - Ngoại-Công » - en concomitance avec la technique respiratoire qui s'appelle « Œuvre Interne - Nội-Công ».

 

Guerrier en Armure tenant la Grande Masse d'Armes
- Temple de l'Eléphant Barrissant -
(Điện Voi Ré) - Việt-Nam

 

Statue de Dharmapâla en Armure
- Pagode du Bonheur Céleste -
(Chùa Thiên-Phúc) - Việt-Nam

 

 

Statue de Guerrier Đại-Việt en Armure d'Infanterie
avec l'Arme Tranchante, le long  « Sabre-Gươm à Deux Mains »
Đại-Việt - 16e Siècle
- Dynastie des LÊ de la Renaissance (1533~1789) - .

Photo Crédit : Thông-Tấn-Xả Vàng-Anh

 

Statue de Guerrier Đại-Việt en Armure de Cavalerie
avec le « Faulx de Guerre Phãng-Náp »
Đại-Việt - 16e Siècle
- Dynastie des LÊ de la Renaissance (1533~1789) - .

Photo Crédit : Thông-Tấn-Xả Vàng-Anh

 

Haches d'Armes et Pavois utilisés dans la Danse Guerrière des Huit Rangs de Huit Mimes le jour du Sacrifice
du NAM-GIAO, sous le règne de l'Empereur Khải-Định (1916-1926) des Nguyễn.



La Tradition des Arts Martiaux des Champs de Bataille laisse encore son empreinte dans
la Danse Guerrière des Huit Rangs de Huit Mimes à l'ancienne Capitale Impériale de Huế
(Photo prise en 2002).


       Bien que le peuple chinois connaisse le maniement de la « Masse d'Armes appariée » et l'utilisation de « l'Arc Lance-Pierre », il ne les cite pas dans leurs « Dix-Huit Sections d'Arts Martiaux » car sur les champs de bataille, les combattants chinois ne manient que la « Masse d'Armes unique » et n'utilisent que « l'Arc et l'Arbalète ».

       Ainsi,  « la Masse d'armes Appariée » et « l'Arc Lance-Pierre » existent seulement dans les « Dix-Huit Sections d'Arts Martiaux » du Đại-Việt.

       « L'Arc Lance-Pierre » est une arme de tir dont la forme vient de celle de « l'Arc » ; par conséquent, il ressemble à un Arc mais possède deux cordes attachées aux deux extrémités et reliées au milieu à un morceau de cuir, servant à lancer des cailloux, des pierres ou des billes de plomb. Il est encore beaucoup plus efficace que la «Fronde» des Grecs et des Romains. (Au 19ème siècle, après que le caoutchouc fût découvert par Charles GOODYEAR (1800-1860), les Vietnamiens inventèrent « le Lance-Pierre de Chasse des Oiseaux - Ná Bắn Chim » dont les montants prirent la forme de la lettre " Y ", et que les Français divulguèrent en Europe. De nos jours, il est bien connu de tous.)

       «L'Arc Lance-Pierre» se perpétua au Việt-Nam jusqu'au début du 20ème siècle, puis après fut prohibé ; ce qui fait que parmi la jeunesse vietnamienne actuelle, rares sont ceux qui le connaissent.

L'Arc Lance-Pierre « Ná » (彈), encore appelé Đạn-Cung 彈弓,
employé dans « Association de Tir à l'Arc Lance-Pierre »
à Saigon en 1910, au Sud du Việt-Nam.


( Crédit Photo : Stephen Selby )

L'Arc Lance-Pierre « Ná » (彈), encore appelé Đạn-Cung 彈弓,
employé dans « Association de Tir à l'Arc Lance-Pierre »
à Saigon en 1910, au Sud du Việt-Nam.


( Crédit Photo : Stephen Selby )

       

       Par ailleurs, il existe un certain nombre d'autres armes, dépendant de la dextérité des Experts d'Arts Martiaux vietnamiens qui s'entraînent avec selon leur préférence.
       Parmi elles, deux armes partculières, inventées par le peuple Việt pour les Arts Martiaux des Champs de Bataille, méritent de les rappeler ici : il s'agit du « Double Bras-Armé - Song-Xỉ (双 齒) » et de la « Lance à Lame Perpendiculaire au Marteau de Guerre, ou Marteau-Lance - Thiên-Phủ-Giáo (偏 斧 槊) ».

             1)  - Le « Double Bras-Armé - Song-Xỉ (双 齒) » fait partie des "Armes de Combat Rapproché" du Đại-Việt. il comprend deux sortes :
       a. Le « Double Bras-Armé pourvu d'un crochet acéré » (Il est sous forme de gouttière en acier, possédant un crochet acéré, enveloppant les deux avant-bras au delà du coude jusqu'au poignet ; il s'utilise avec une lame de hache sans manche, appelée "Hache cherchant la Foudre" que l'on tient dans chaque main) - il s'agit du «Double Bras-Armé - Song-Xỉ» qui est le plus ancien ;
       b. Le « Double Bras-Armé dépourvu de crochet acéré » (Il est sous forme d'une jonque d'acier, enveloppant les deux avant-bras, au delà du coude jusqu'au delà du poing fermé ) - il s'agit du «Double Bras-Armé Apparié - Song-Xỉ» utilisé par les combattants de droit de l'époque de la Dynasty des Tây-Sơn (1788-1802).

              2) - Le « Marteau-Lance - Thiên-Phủ-Giáo (偏 斧 槊) » fait partie des «Armes de Choc» du Đại-Việt. Il possède une longue hampe pourvue d'une Lame de Lance reliée perpendiculairement à un Marteau de Guerre transversal aux extrêmités arrondies. Il s'agit d'une arme spécialisée dans la neutralisation des adversaires revêtus d'armures en osier tressé (que ni glaive, ni lance, ni épée, ni hallebarde puissent en arriver à bout). Le «Marteau-Lance - Thiên-Phủ-Giáo» arma les guerriers Việt depuis l'époque des Đinh (968-980) et fut d'un emploi courant jusqu'à l'époque des Lý (1010-1225) et des Trần (1225-1413).

          

Comité des Maîtres d'Arts Martiaux
Bình-Định SA-LONG-CƯƠNG

TRỊNH Quang Thắng.

 

 

 

 

 

 

 

 

Copyright © 2004 - 2016 by ACFDV - Tous droits réservés.