ART EQUESTRE MARTIAL

 

 

III.
Les Chevaux de Guerre

 

 

       

 

       Le Cheval et l'Elephant sont deux animaux particulièrement prisés dans l'histoire de notre pays. Les Chevaux de Guerre et les Eléphants de Guerre de la Nation Đại-Việt ont apporté leur contribution aux victoires glanées dans les guerres contre les envahisseurs.
       Deux organismes ont été fondés pour leurs soins, leur nourrissage et leur entraînement : il s'agissait de l'Institut des Eléphants et de l'Institut du Cheval.
       En l'an 1509 l'Empereur Lê Uy Mục a établi deux Offices d'Inspection des Eléphants Royaux et des Chevaux Royaux.

       Dans « Le Registre de Recueils des Traditions et Faits du Đại-Nam établi par Ordre Impérial » (Khâm định Đại Nam Hội Điễn Sự Lệ) de Quốc-Sử Quán de la Dynastie des Nguyễn, un Livre numéroté 175 a été réservé pour déterminer les problèmes hippologiques concernant l'Elevage des Chevaux, la Sélection des Chevaux, le Diagnostic des Chevaux, la Présentation des Chevaux, l'Embellissement des Chevaux...
        Les Chevaux élevés dans la capitale appartenaient à l'Institut des Ecuries Royales (Thượng-Tứ - 尙 孶) ; ceux élevés dans les postes de relais aux bords de routes dans les provinces appartenaient aux citadelles, aux commanderies, aux armées régionales...
       
       Les Anciens ont discerné clairement le rôle et les responsabilités des administrateurs, des officiers s'occupant de chaque catégorie de Chevaux, Ils ont élaboré des fonctions de Médecins Zoologues pour les soins et les guérisons des Chevaux, pour les aider à mettre bas, comme les Vétérinaires spécialistes des Chevaux d'aujourd'hui. 

       Depuis que les Mongols Nguyên (Yuan) ont envahi notre pays la première fois en l'an 1257  et les autres fois en 1285 et en 1288, des milliers et des dizaines de milliers de chevaux de guerre des steppes mongoles du nord ont été acheminés vers notre nation.
      Lorsque les troupes défaites des Mongols ont pris la fuite, un certain nombre de ces chevaux de guerre ont été capturé, d'autres se sont égarés dans les forêts et sont devenus des chevaux sauvages. Les chevaux de notre pays se sont croisés alors avec les races des chevaux des steppes mongoles, du Yunnan (Vân Nam), de la Chine du Nord (Kinh Bắc), du Ferghana (Tân Cương) que nos ennemis nordiques ont emmenés dans leurs campagnes militaires à travers de nombreuses invasions.

       Lê-Quí-Ðôn avait écrit dans «Propos d'une Bibliothèque» ("Vân-Ðài Loại-Ngữ") : « Les provinces de Tuyên-Quang et Cao-Bằng de notre royaume, élevèrent de très nombreux chevaux. Au département de Phú-Yên, appartenant à la région de Quảng-Nam, les chevaux furent plus nombreux encore : par centaines et par milliers, ils formèrent des hordes comme celles des bovins ou des ovins.  Mêmes les femmes commerçantes montèrent à cheval ; elles utilisèrent les chevaux pour transporter des marchandises qu’elles vendirent en même temps que leurs propres chevaux. » il s'agit bien là des chevaux descendants de ceux des steppes du nord abandonnés par les Mongols après leurs défaites sur les champs de bataille au Đại-Việt.

       Les Chevaux de Guerre diffèrent de très loin des Chevaux utilisés pour les communications des informations et se distinguent encore plus avec les Chevaux de Bât et de Trait... Les Chevaux de Guerre furent sélectionnés parmi la catégorie des chevaux «Kỳ»(騏) et des chevaux «Kí»(驥) peu connus, précieux et rares ; ce fut la catégorie des Chevaux de Bataille. Tandis que les «chevaux craintifs - ngựa »(駑) et les «chevaux bâtards - ngựa Đài»(駘) furent utilisés pour le transport ; ce furent des «chevaux de bât - ngựa Thồ».
       Surclassant tous les chevaux précieux sont les chevaux réservés à l'Empereur et aux Généralissimes allant au front.

       Les Chevaux de Guerre de race les plus prisés des généralissimes d'Extrême-Orient furent souvent des chevaux appelés «Thiên-Lý-Mã» (Chevaux couvrant des milliers de miles), comme ceux des «Chevaux suant le sang» (l'Akhal-Téké), ou ceux des Chevaux Arabes, appelés «Chevaux Célestes - Thiên-Mã», comme le Jaf Iranien et le Pur-Sang Arabe,  importés des contrées lointaines (Ferghana, Turkménistan, Perse) par la Route de la Soie.

       Les Chevaux de Guerre requièrent 4 Allures de Galop et 3 Niveaux de Hauteur de Saut, et ils requièrent 9 Qualités. Ils sont divisés en 8 sortes de Chevaux brillants.

       Parmi les noms spécifiques employés pour désigner les couleurs des robes, des formes ou des carctéristiques des chevaux médiévaux de notre pays, comme en Chine, il existe un certain nombre de termes pour nommer les chevaux : «Cheval - »(馬), «Lièvre - Thố» (兔), «Dragon - Long»(龍), «Foal - Câu»(駒), «Sabots - Đề(蹄), «L'Excellent Kỳ»(騏), «Le Robuste - »(驥), «Le Craintif - (駑), «Le Bâtard - Đài» (駘) et il existe un certain nombre de vocables comme : «Splendide - Tuấn» (駿), «Gai - Lạc»(樂), «Précieux - Bảo» (寶), «Bien Bâti - Phiêu» (膘) pour les qualifier.

 

       I - Les Célèbres Chevaux sous les Dynasties des LÝ et des TRẦN

       Quand nous parlons des Chevaux de Guerre, nus ne pouvons omettre de parler des deux célèbres chevaux de bataille : ce furent « Song-Vỹ Hồng » (Alezan à Double-Queue) de l'illustre generalissime Lý-Thường-Kiệt (1019-1105) et « Nê-Thông » de l'empereur Trần-Duệ-Tông (1372-1377).
       - «Song-Vỹ Hồng» (Alezan à Double-Queue) fut un cheval de guerre à la robe Alezan Doré avec une longue queue de deux couleurs : couleur Alezan Doré et couleur délavée de part et d'autre. Quand il galopait, il ressemblait à un cheval divin à double-queue, ausi fut il appelé « Song-Vỹ Hồng », signifiant «Alezan à Double-Queue».  Il fut le cheval de guerre de l'illustre générallissime Lý-Thường-Kiệt (1019-1105), célèbre Général vietnamien ayant pacifié le Champa, battu les Song et conquis les deux plus grandes provinces du sud de la Chine (Quảng Đông et Quảng Tây).
       - «Nê-Thông» fut le cheval de guerre à la robe de couleur bleu nuit aux reflets métalliques gris-boue. Il fut un magnifique cheval ayant une robe extrêmement rare et précieuse, avec un mélange vraiment merveilleux des trois couleurs blanc, noir et bleu. Il s'agit du cheval de bataille de l'empereur Trần-Duệ-Tông (1372-1377) lors de l'expédition punitive conduite par cet empereur en personne contre le Champa en 1377.
     

 

       II - Les Célèbres Chevaux sous la Dynastie des TÂY-SƠN

       D’après le livre « Histoire des Personnages Tây-Son » de Đinh-Sĩ-An (originaire de Bình-Khê, province de Bình-Định, un lettré illustre sous le règne de Quang-Trung), sont cités cinq chevaux divins de l’Epoque des Tây-Son (1700-1800) :
       1 – Le « Bạch-Long Câu » du roi Thái-Đức Nguyễn-Nhạc : un magnifique cheval puissant aux longues jambes, au corps svelte, à la belle silhouette.  Sa robe est blanche comme neige, sa crinière et sa queue sont longues avec des crins fins comme de la soie.  Il court rapide comme le vent, avec une allure légère comme s’il volait.
       2 – Le Xích-Kỳ (un cheval de la steppe du Nord, tribut offert par des Khmers) ayant appartenu au roi Nguyễn-Phúc-Khoát et pris comme butin de guerre par l’Amiral de l’Aile Gauche Nguyễn-Văn-Tuyết.  C’est un cheval bai-cerise, avec une crinière et une queue noires comme du jais.
       3 – Le Ô-Du du Généralissime Đặng-Xuân-Phong, un cheval appartenant à la catégorie "Ngựa Ô Quạ - Cheval noir d’Ebène, encore appelé Noir Corbeau" (d’où son nom d’Ô-Du = Corbeau Voyageant), aux pieds fins comme ceux des cerfs.  Au pas, il marche posément et souple comme un tigre ; au galop, il court si vite qu’on dirait qu’il volait.
       4 – Le Ngân-Câu, un Akhal-Téké de Dame Généralissime Bùi-thị-Xuân.  C’est un cheval blanc, puissant et de grande taille.
       5 – Le Hồng-Lư, un autre Akhal-Téké du célèbre Généralissime Lý-Văn-Bưu.  C’est un splendide cheval alezan.  A la première vue, il paraît comme un cheval ordinaire, avec des longues jambes aux pieds fins, à la silhouette svelte dévoilant ses côtes comme un cheval affamé.  Mais quand on l’observe bien, on voit qu’il possède des traits particuliers, avec une tête de mulet, aussi est-il appelé «Hồng-Lư» (Mulet Alezan).  Il possède un caractère capricieux, indomptable et seul son maître peut le monter avec facilités.  Son hennissement terrorise toujours les autres chevaux et les fait fuir.

       Outre ces cinq célèbres chevaux des Tây-Sơn, on cite souvent le « cheval de guerre de Bằng-Châu » et la « paire de chevaux Linh-Phong (Vents Sacrés) » :
       - « Le cheval de guerre de Bằng-Châu » est la monture de M. Đinh-Cương à Bằng-Châu (sous-préfecture de An-Nhơn), grand oncle maternel des trois frères fondateurs des Tây-Sơn.  C’est un Akhal-Téké Albinos, blanc comme neige, aux yeux rouges comme du charbon ardent, rapide comme le vent, pouvant parcourir des milliers de lieues.  Il est dressé pour franchir aussi bien les rivières que le feu sur l’ordre de son maître.  Il sait retourner à la base militaire pour annoncer, en hennissant et en piaffant, le message de détresse de son maître sur le champ de bataille.
       - « La paire de chevaux Linh-Phong (Vents Sacrés) » est constituée par le "cheval alezan" du Généralissime Mai-Xuân-Thưởng (1860-1887), chef du mouvement politique Cần-Vưong en opposition avec les forces d’occupation française, et par le "cheval noir d’ébène" du Commandeur Trần-Tân.  Ces deux chevaux, descendants de ceux des steppes du nord de Chine, sont d’une loyauté extrême avec leur maître respectif, vont toujours de concert et s’entendent à merveille.

 

       III - Les Célèbres Chevaux sous la Dynastie des NGUYỄN

       Nous citons ici, à titre documentaire, les noms des sept chevaux célèbres de l’Empereur Minh-Mạng de la Dynastie des Nguyễn au XIXème siècle :

  1. Phúc-Thông

  2. Cát-Thông

  3. An-Tường-Ký

  4. Thần-Lương

  5. Phúc-Lưu

  6. Cát-Lưu

  7. Thiên-Mã.

       De ces sept chevaux, les deux plus prisés par l'empereur Minh-Mạng de la Dynastie des NGUYỄN furent le Pur-Sang Arabe baptisé « Thiên-Mã », qui signifie « Cheval Céleste », importé du Moyen-Orient en 1830) et « An-Tường-Ký », qui veut dire « Excellent Cheval à l'Amble confortable ».

Statues commémoratives du Cheval d'Armes et de l'Eléphant. de Guerre
Mausolée de l'Empereur Thiệu-Trị (1841~1847)
Dynastie des NGUYỄN (1802~1945)

 

       IV - Les autres Célèbres Chevaux de l'Extrême-Orient

       A titre anecdotique, nous pouvons citer aussi :

       - Le célèbre Cheval Kathiawari (appelé encore Cheval Kathi), appelé « Kiền-Trắc - Kantaka » , caractérisé par des oreilles en forme de lyre (oreilles aux pointes recourbées vers l'intérieur), possédant une sorte d'amble (appelé Revaal) très confortable, et monté jadis par le prince Sidharta Gautama qui devint plus tard le Bouddha Çakyamûni ;

Le précieux Cheval Kantaka s'agenouilla en baissant la tête pour faire ses adieux au Prince Sidharta.



       - Le célèbre Akhal-Téké « Xích-Thố - 赤 兔 - Lièvre Rouge », à l’époque des Trois  Royaumes, monté par le Duc Généralissime Quan-Vân-Trường - 關 雲 長 ou Quan Vũ ( Guan Yu - 關 羽 ) (162-220), qui est encore vénéré de nos jours sous le nom de Sangharama Bouddha (Già-Lam Phật - 伽 藍 佛).

       - Le non moins célèbre cheval de guerre « Đích Lư - 的 閭 - Véritable Licorne » de Lưu-Bị (Liu Bei - 劉 備) (161-223), roi du royaume de THỤC-Hán (Shu Han - 蜀漢) et frère juré du Duc Généralissime Quan-Vân-Trường ;

       - Le renommé cheval « Ô Vân Đạp Tuyết - 烏 雲 踏 雪 - Nuage Noir foulant la Neige », cheval de guerre possédant une robe noire d'ébène avec quatre balzanes du vaillant Généralissime Trương-Phi (Zhang Fei - 張 飛) (167-221), l'un des Cinq Célèbres Généralissimes du Royaume de THỤC-Hán (Shu Han - 蜀漢) à l'époque des Trois Royaumes, et frère cadet adoptif du Suzerain Lưu-Bị (Liu Bei - 劉 備) et du Duc Généralissime Quan Vũ ( Guan Yu - 關 羽 ) ;

       - Un autre célèbre Akhal-Téké appelé « Ô-Chuy - Cheval Noir-Pie », le cheval de guerre à la robe Noir d'ébène avec des tâches blanches aux reflets gris-bleuté argenté très rare du souverain invincible Hạng-Võ - Hsiang Yü 項 羽 des SỞ, aux temps des conflits militaires entre les HÁN - HAN 漢 et les SỞ - CHU 楚 entre 206 Av JC et 202 Av JC.

       - Le fameux cheval de guerre « Hoàng-Phiêu - Le Charpenté à Robe Isabelle » du Général Tần-Thúc-Bảo, célèbre par sa dextérité dans le maniement du Brise-Lames, sous la Dynastie des ĐƯỜNG - TANG 唐 (618-907).

       - Les fameux chevaux de guerre de Tào-Tháo (Cao Cao - 曹 操) à l’époque des Trois  Royaumes Combattants (220~280) :
              . « Tuyệt-Ảnh - Le Sans laisser d'Ombre » (Jueying - 绝 影)
              . «Trảo Hoàng Phi Điện - L'Eclair Volant aux Griffes Jaunes » (Zhuahuang Feidian - 爪黄飞电)

       - Les exceptionnels chevaux « Thiên Lý Phong - Le Vent des Mille Stades » (Qian Li Feng - 千 里 風) et « Vạn-Lý-Vân - Le Nuage des Dix-Mille Lieues (Wan Li yun - 萬 里 雲», dérobés à Bác-Vương (Pa Wang - 博 王) par Mạnh-Lương (Mèng Liáng - 孟 良).

       - Les Six fameux chevaux de guerre de Đường-Thái-Tông (唐 太 宗 - Tang Taizong), sculptés en bas-reliefs sur de la pierre, appelés "Chiêu-Lăng Lục-Tuấn" (zhào líng liù jùn - 昭 陵 六 骏) (Zhaoling désigne le mausolée de Tang Taizong où les reliefs de pierre furent localisés originairement) :

              1. Thập-Phạt-Xích (Shi Fa Chi - 什伐赤 - Cheval Rouge aux Nombreuses Expéditions Guerrières) :
              - Cheval de Guerre Bai Alezan-Brun, ayant participé à la guerre contre Vương-Thế-Sung - Wang Shichong (王世 充) et Đỗ-Kiến- Đức (Dou Jiande - 竇 建 德), dans les années 620-621.

              2. Thanh-Chuy (Qingzhui - 青 ) - Cheval de couleur Noire aux reflets bleutés et de couleur Blanche) :
              - Cheval de Guerre Noir-Pie, à robe de couleur Noire aux reflets Bleutés et de couleur Blanche juxtaposées, ayant participé à la guerre contre Đỗ Kiến Đức (Dou Jiande - 竇 建 德), en 621.


              3. Đặc-Lặc-Phiếu (Te Le Biao - 特 勒 骠 - Cheval Jaune tâcheté de Blanc à l'Exceptionnelle Bride) ou bien Đặc-Cần-Phiếu (Te Qin Biao - 特 勤 骠 - (Cheval Jaune tâcheté de Blanc à l'Exceptionnelle Diligence) :
              - Cheval de Guerre Isabelle-Pie, ayant participé à la guerre contre Tống-Kim-Cang (Song Jingang - 宋 金 剛)
, dans les années 619-620.

              4. Quyền-Mao-Qua (Quan Mao Gua - 鬈 髦 騧 - Cheval Jaune à Bouche Noire et à Crinière Frisée) :
              - Cheval de Guerre Isabelle à Bouche Noire, à Crinière Frisée, ayant participé à la guerre contre Lưu-Hắc-Thát (Liu Heida - 刘 黑 闼)
, en 622.

              5. Bạch-Đề-Mã (Bai Ti Ma - 白 蹄 馬 - Cheval aux Sabots Blancs) :
              - Cheval de Guerre Noir aux Quatre Sabots Blancs, ayant participé à la guerre contre Tiết-Nhân-Quý (Xue Rengui - 薛 仁 貴)
, en 618.

              6. Táp-Lộ-Tử (Sa Lu Zi - 飒 露 紫 - Le Manifeste Tourbillon Pourpre) :
              - Cheval de Guerre Alezan-Pourpre, ayant participé à la Bataille de Lạc-Dương (Luoyang - 洛 陽) contre Vương- Thế-Sung (Wang Shi Chong - 王世充) de la Dynastie des Tùy (Sui - 隋) (581-618). Le destrier Táp-Lộ-Tử (Sa Lu Zi) dans le bas-relief est le seul cheval à être représenté avec un homme se tenant à côté de lui, il s'agit du général Khâu Hành-Cung (Qiu Xing Gong - 丘 行 恭 ) en train de retirer une flèche plantée dans la poitrine de ce célèbre cheval de bataille.

 

Le « Manifeste Tourbillon Pourpre » (Táp-Lộ-Tử - 飒 露 紫)
et le vaillant général Khâu-Hành-Cung (丘 行 恭)

 

 

Bình-Định SA-LONG-CƯƠNG
Département d'Arts Martiaux Médiévaux
Võ Trận Đại-Việt

TRỊNH Quang Thắng

 

 

 

 

 

 

 

         I – Le Statut Militaire Médiéval du Đại-Việt

        II – L'Equitation Militaire

       III – Les Chevaux de Guerre

      IV – Les Robes des Chevaux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bibliographie :


       « Registre de Recueils des Traditions et Faits du Đại-Nam établi par Ordre Impérial » ("Khâm Định Đại Nam Hội Điển Sự Lệ") de l'Institut d’Histoire de la Nation (Quốc-Sử Quán) - Livre 145, Ed.1856-1884.
       
« Propos d'une Bibliothèque » ("Vân Ðài Loại-Ngữ") de Lê-Quí-Ðôn.
       « Livre Complet de l’Histoire des Việt » ("Việt-Sử Toàn-Thư") de Phạm-Văn-Sơn.
       « Les Personnages de Bình-Định » ("Nhân-Vật Bình-Định"), de Lộc-Xuyên Đặng-Quí-Định, Ed. de l’auteur, 1971.
       « Les Hommes d’Arts Martiaux de Bình-Định » ("Võ-Nhân Bình-Định"), de Quách-Tấn et Quách-Giao, Ed. de la Jeunesse, Ho-Chi-Minh Ville, 2001.
       « Les Etoiles Tây-Sơn » ("Những Ngôi Sao Tây-Sơn") de Nguyễn-Văn-Nhân, Ed. des Arts, Ho-Chi-Minh Ville 2001.
       « Les Célèbres Généralissimes du Việt-Nam » ("Danh-Tướng Việt-Nam"), de Nguyễn-Khắc-Thuần, Ed. de l’Education, Ho-Chi-Minh Ville, 2001.
       « Les Cinq Chevaux Divins des Tây-Sơn » ("Ngũ Thần-Mã Tây-Sơn"), de Thái-Tẩu
.
       « Le Plaisir de Lire les Romans Historiques Chinois » ("Thú Xem Truyện Tàu"), de Vương-Hồng-Sển.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Copyright © 2004 - 2017 by ACFDV - Tous droits réservés.