DISCUSSION

 

 

I.
POÈMES CODÉES
&
SÉQUENCES CODIFIÉES

 

Discussion
sur les

POÈMES CODIFIÉES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

       Quand on aborde les "Séquences Codifiées" du Combat à Main Nue et du Maniement des Armes dans les Arts Martiaux Traditionnels du Việt-Nam en général et dans les Arts Martiaux de Bình-Định en particulier, ou bien quand on parle des Arts Martiaux Chinois, on parle toujours des "Poèmes Codés" dans les techniques des "Séquences Codifiées".

       Les "Poèmes Codés" sont des textes versifiés décrivant les techniques des Bottes dans les "Séquences Codifiées" enseignées aux élèves. Ces techniques sont présentées sous forme de Codes pour préserver l'Ecole.

       La description respective des "Séquences Codifiées" sous forme de Poèmes Codés au Việt-Nam et en Chine se diffère totalement bien qu'elle fasse appel à un même moyen inhérent à des textes versifiés dont la plupart sont écrits en poèmes de sept pieds. Cette différence dans la description des "Séquences Codifiées" vient du fait de l'antagonisme conceptuel entre les Arts Martiaux Vietnamiens et les Arts Martiaux Chinois. Les techniques des "Bottes" dans les Arts Martiaux Vietnamiens sont liées entre elles, tandis que celles dans les Arts Martiaux Chinois sont indépendantes entre elles.


       Les Poèmes Codés dans les Arts Martiaux Chinois :

       En effet , dans les « Poèmes Codés » des Arts Martiaux Chinois, chaque Vers Codés de sept pieds sont écrits pour préciser une Botte unique : 4 premiers caractères sont utilisés pour fixer le nom de la botte et 3 derniers caractères pour définir l'application ou bien pour décrire ou insister sur un point essentiel de la Botte.
       Une preuve évidente, prise comme exemple, c'est que dans le « Poème Codé » de la Séquence Codifiée du «Maniement de la Lance de la Fleur de Prunier» (Mai-Hoa Thương), écrit selon le mode de poème à sept pieds, comprenant 47 vers codés par 7x47=329 caractères, 4 premiers caractères sont utilisés pour fixer le nom de la Botte et 3 derniers caractères pour en définir l'application. On peut citer des exemples typiques comme dans les Bottes « Avancer pour Couvrir le Sommet, Porter un Estoc à la Partie Supérieure du Ventre » (上 部 蓋 鼎 Thượng-Bộ Cái Đỉnh, 刺 腹 上 Thích Phúc Thượng), ou « Singe Blanc Faisant Mouvoir son Corps, Balayant les Sourcils avec la Lance » (白 猴 轉 身 Bạch-Hầu Chuyển Thân, 掃 眉 槍 Tảo Mi Thương), etc. Quand les Maîtres chinois les divulguaient aux autres, ils ne leur transmettaient que les 4 premiers Mots et ne leur enseignaient pas les 3 derniers. Par conséquent, avec le temps, les Poèmes Codés dans les Arts Martiaux Chinois transmis au Việt-Nam, par exemple, ne possèdent plus que 4 premiers caractères de chaque Vers Codés.
        Ce fait a induit plus tard un certain nombre de personnes à commettre des erreurs en croyant que les Vers Codés dans les Séquences Codifiées des Arts Martiaux Chinois ne possèdent que Quatre Mots et que ceux des Séquences Codifiées des Arts Martiaux Vietnamiens en possèdent Sept.
        

       Les Poèmes Codés dans les Arts Martiaux Vietnamiens :

       Dans les « Poèmes Codés » des Arts Martiaux Traditionnels Vietnamiens, chaque Vers Codé s'écrit avec sept mots pour déterminer un certain nombre de Bottes d'enchaînement de Parades et Ripostes : les mots dans chaque Vers Codé revêtent tous la définition de l'application et la désignation d'un certain nombre de Bottes reliées entre elles et dans lesquelles la description de chaque Botte est condensée afin de contenir plusieurs Bottes dans un seul Vers Codé.

       Par ailleurs, les Séquences Codifiées dans les Arts Martiaux Vietnamiens sont encore codées avec des vers tétramétriques de quatre mots (ex. : « Thiền-Sư », « Chấp-Thủ Đỏan-Côn »), ou bien des vers pentamétriques de cinq mots (ex.: « Đồng-Nhì », « Phượng-Hoàng »), ou encore des vers hexamétriques et octamétriques aux rimes batelées (ex.: « Yến-Phi », « Tấn-Hưng »), ou avec des vers de longueurs inégales (ex. : « Thần-Đồng », « Ngũ-Môn Phá Trận »).
       

       Les Avantages et les Désavantages dans la Construction des Poèmes Codés :

       - Les avantages de la codification dans les Séquences Codifiées Chinoises résident dans la détermination exacte de chaque "Botte" tout en pouvant occulter les applications pratiques, et cette codification est précieuse en ce qui concerne la systématisation précise des diverses "Bottes".
        Leurs désavantages résident dans le fait que cette codification à la chinoise induit la nécessité aux étudiants martiaux (surtout ceux qui n'ont appris que les quatre premiers mots de chaque Vers Codé) d'avoir l'explication analytique des techniques dans chaque Vers Codé afin de pouvoir en connaître l'application puis de chercher personnellement la manière de relier les diverses "Bottes" lors du combat.
        Nous citons comme exemple la Botte « Kim-Kê Độc-Lập, Điểm Hạ-Phương » dans la Séquence Codifiée « Mai-Hoa Thương » (Lance de la Fleur de Prunier) ; si les 3 derniers mots « Điểm Hạ-Phương » n'étaient pas transmis à l'étudiant martial, celui-ci devrait recevoir l'explication analytique de la "Botte" « Kim-Kê Độc-Lập » dans le maniement de la Lance d'après la Séquence Codifiée « Lance de la Fleur de Prunier » pour pouvoir en connaître l'application.

       - Les avantages de la codification des Séquences Codifiées Vietnamiennes résident dans la notification rigoureuse de tous les gestes dans les Séquences Codifiées tout en pouvant en occulter adroitement les applications pratiques et cette codification est précieuse en ce qui concerne la description efficace de l'enchaînement des Parades et Ripostes.
        Leurs désavantages résident dans le fait que cette codification à la vietnamienne induit facilement la perte de l'originale des Séquences Codifiées car si les Poèmes Codés s'écrivaient avec des fautes d'orthographe, leur compréhension et leur exécution seraient inexorablement erronées.
        Nous citons, comme exemple typique, la Séquence Codifiée du Combat à Mains Nues « La Coupe de Jade - Ngọc-Trản ( 玉 琖 拳 ) » (dont le vrai nom est « Mộc-Thiều Quyền-pháp 沐 髫 拳 法 »), dans laquelle existe le vers « Luyện Diệp Liên Hoa Đả Sát Túc », que de nos jours une certaine personne a recopié erronément « Uyển Diệp Liên Hoa Đả Sát Túc » et d'autres gens ont effacé même les deux premiers mots « Luyện Diệp » ; il s'agit vraiment là d'un fait infiniment regrettabe ! Ces hommes ont compris erronément - à cause de l'homonymie et de l'homophonie dues à la romanisation de l'écriture vietnamienne par Alexandre de Rhodes (1591-1660) - le caractère sino-vietnamien « Diệp » dans le Vers Codé en le prenant pour « Diệp 葉 » signifiant «Feuille» car ils ne savaient pas que le caractère sino-vietnamien « Diệp 饁 » signifie « Servir les Mets ».
        Et c'est précisément aussi à cause de cela, qu'il existe des personnes ayant déduit que, dans le Vers Codé « Luyện Diệp Liên Hoa Đả Sát Túc », le vocable « Diệp » faisait allusion à la technique de « Mains Traversant le Feuillage » (Xuyên Diệp Thủ), qui par conséquent, ignorent que la technique « Mains tenant la Coupe de Jade » dans cette Séquence Codifiée de « Ngọc-Trản Quyền » est un point caractéristique de chaque Système d'Ecole.

Alexandre de Rhodes (1591-1660),
l'être qui a ronisé la Langue Vietnamienne.

Le premier Dictionnaire Sino-Vietnamien-Latin
d'Alexandre de Rhodes (1591-1660).


       

       Les Poèmes Codés dans les Systèmes d'Ecoles d'Arts Martiaux Traditionnels du Việt-Nam :

       Les Poèmes Codés des Séquences Codifiées légués par les divers Systèmes d'Ecole d'Arts Martiaux Traditionnels du Việt-Nam - comme le cas de ceux des Séquences Codifiées transmis par le Grand-Maître Trương-Thanh-Đăng - comportent tous de nombreuses fautes d'orthographe occasionnées par diverses raisons.

       Il est regrettable qu'il existe quelques individus qui, en voulant apporter des corrections arbitraires aux Poèmes Codés d'un certain nombre de Séquences Codifiées - ont ajouté ainsi d'autres fautes d'orthographe, rendant absurde le sens des Vers Codés - puis les ont postés avec la Traduction en français sur les divers Sites d'Internet d'une manière irresponsable.

       Etant donné que les originaux de ces Poèmes Codés transcrits en caractères chinois Hán & caractères démotiques Nôm ont été perdus, seuls persistent leurs traductions phonétiques. Hélas ! Il existe, ces derniers temps, certaines personnes qui - afin de falsifier les originaux - ont retranscrit en caractères chinois ces textes traduits phonétiquement en alphabet latin, pleins de fautes d'orthographe, rendant absurde le sens des Vers Codés (ex. : le Poème Codé de la Lance "Nghiêm-Thương" ).

       Ces Poèmes Codés transcrits en vietnamien d'après l'alphabet latin ont besoin d'être rectifiés sur le plan orthographique avant d'être retranscrits en caractères chinois, car ces derniers sont très précis, et cela relève d'un travail requérant une précaution logique dans la conservation et la restauration de l'héritage culturel des Etudes dArts Martiaux Traditionnels du Việt-Nam.

 

 

 

 

Comité des Maîtres d'Arts Martiaux
Bình-Định SA-LONG-CƯƠNG
FRANCE

 

 

 

 

 

 

 

 

Copyright © 2004 - 2016 by ACFDV - Tous droits réservés.